L’enfant à haut potentiel intellectuel (HPI) présente une intelligence qualitativement différente (avec un test de Quotient Intellectuel (QI) ≥ 130) et une hypersensibilité émotionnelle.
Les enfants HPI ne sont pas plus nombreux qu’autrefois mais mieux repérés. Ils représentent 2.1% de la population soit 450 000 enfants en France – Un paradoxe : 45% des élèves diagnostiqués redoublent et 20% n’atteignent pas le niveau du BAC. Il ne faut pas se faire de fausses idées : ce ne sont pas des petits prodiges au QI pour qui tout est plus simple, mais des enfants fragiles dont la différence les rend plus vulnérables.
Jeanne SIAUD FACHIN, psychologue clinicienne, spécialiste reconnue des surdoués leur a donné l’appellation chaleureuse de zèbres. On trouve d’autres terminologies : surdoué, précoce, surefficient intellectuel…

Le QI, c’est quoi ?

C’est un indice qui va orienter un diagnostic. Il va permettre de situer un enfant par rapport aux enfants du même âge. Ce n’est pas un chiffre absolu mais un repère.
La moyenne de ce score est à 100.  50% de la population se situe entre 90 et 110.
On se pose la question de l’enfant surdoué autour d’un QI égal ou supérieur à 130.

Les signes de haut potentiel : Chaque personne étant unique, rare sont celles qui présentent toutes les caractéristiques

Les difficultés de l’enfant HPI sont liées à un décalage qui existe dans 4 domaines :

Comment aider les enfants HPI ?

La sophrologie et l’enfant HPI

La sophrologie s’adapte particulièrement à l’enfant HP puisque la plupart des exercices vises à reconnecter le mental au corps pour un équilibre corps-mental-émotions.