« L’oreille est le sens préféré de l’attention. Elle garde, en quelque sorte, la frontière du côté où la vue ne voit pas. » Paul VALÉRY

 

Qu’est ce qu’un acouphène ? 

Un acouphène est la perception d’un bruit, « dans l’oreille » ou « dans la tête », sans stimulus correspondant dans l’environnement (sons aigus, sifflements, grésillements, bourdonnements…).

 

Que se passe-t-il ?

L’oreille interne contient un petit organe en forme d’escargot, la cochlée qui, grâce à ses cellules ciliées, transforme les sons en signaux électriques, directement transmis au cerveau par le nerf auditif.

Dans le cas où les cellules ciliées sont endommagées, (presbyacousie, traumatisme sonore, toxicité médicamenteuse…) des décharges nerveuses aberrantes vont être transmises au cortex auditif où elles sont interprétées comme un bruit.acouphène-oreille-interne

 

 

Si la personne vit à ce moment-là une période sans soucis particuliers, la détection sera faible et l’acouphène disparaitra spontanément après 24 heures.
Par contre si elle est dans une période de vie difficile, stressée, il va se produire un renforcement de l’acouphène qui va se pérenniser dans le temps.

 

 

L’acouphène n’est donc pas seulement un problème de l’oreille interne, se surajoute le rôle du système nerveux limbique ou cerveau des émotions. C’est pourquoi l’acouphène à un impact sur 3 niveaux :

  • cognitif/pensée : « je ne vais plus pouvoir faire face à cet acouphène » ;
  • émotions : inquiétude, peur, colère ;
  • comportement : la personne est complètement obsédées par l’acouphène et cherche à tout prix, quitte à s’isoler, à éviter le bruit.

Les conséquences vont toucher l’être dans toutes ses dimensions, familiale, professionnelle et sociale : altération du sommeil, de la concentration, des performances, irritabilité, anxiété grandissante…

 

Comment la sophrologie peut-elle aider le patient acouphénique ?

Lors de la prise de rendez-vous, le sophrologue s’assurera que le patient acouphénique a consulté un ORL afin d’éliminer toute pathologie importante de l’oreille (neurinome de l’acoustique (tumeur bénigne), otospongiose (rigidité de la chaine des osselets).

La sophrologie tient compte de la souffrance physique mais aussi psychologique du patient acouphénique :

    • en soulageant les tensions,
    • en permettant de mieux gérer ses émotions,
    • en favorisant le processus d’habituation, c’est à dire, en aidant le patient à intégrer l’acouphène dans son environnement sonore et à l’interpréter de façon moins négative.

La détente du corps va permettre peu à peu la détente de l’esprit.

L’accompagnement proposé en sophrologie peut être individuel ou collectif. Grâce à des protocoles d’entraînement spécifiques le patient va, au fil des séances, détourner l’attention de son cerveau vers d’autres parties du corps pour finalement mettre de côté l’acouphène.

 

 

Je suis Sophrologue Référent du Pôle Sophrologie et Acouphènes®, créé par Patricia Grévin

Le Pôle Sophrologie et Acouphènes® réunit une équipe de sophrologues spécialisés dans la prise en charge des acouphènes, de l’hyperacousie et des vertiges.
Pour trouver et contacter un sophrologue spécialisé dans la prise en charge des acouphènes.

 

 

site-pole-sophrologie-acouphènes